Rapports et Etudes - Novembre 2021

Publié le :

L’égalité femmes-hommes dans l’ESS : Rapport triennal 2021-2024
* Lien vers la Ritimothèque

Conseil supérieur de l’Économie Sociale et Solidaire, 2021, 96 p. - Site de vie-publique.fr

Tous les trois ans, un rapport sur l’égalité entre les femmes et les hommes dans l’économie sociale et solidaire fait un état des lieux. Cette nouvelle édition montre que les progrès sont faibles et les inégalités ont été exacerbées avec la crise sanitaire. La réalité est souvent loin des beaux discours. L’égalité est plus vue comme une contrainte que comme une exigence démocratique. Ce rapport donne des pistes d’action : faire un bilan des impacts de la crise sanitaire ; accompagner la sensibilisation et l’éducation sur ce sujet ; favoriser la mixité des métiers ; favoriser un égal accès au pouvoir et mettre en place des gouvernances équilibrées.

Mots clés : FRANCE, ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE, EGALITE HOMME FEMME


"Pour répondre aux slogans réducteurs, il faut éduquer les gens à la complexité"
* Lien vers la Ritimothèque

Oxfam-Magasins du Monde, 2021/11, 3 p. - Site de oxfammagasinsdumonde.be, 09/11/2021

Depuis la crise sanitaire, on assiste à un retour du local. Cette position est facile pour les pays riches qui ont gagné tout leur pouvoir d’achat grâce à la mondialisation. A côté des circuits courts, il faut continuer à soutenir les pays pauvres et leur commerce international. Le local ne doit pas devenir du protectionnisme. Il faut continuer à faire du commerce international tout en respectant les exigences climatiques. Le commerce est une affaire complexe et ne peut être réduit à des slogans simplificateurs.

Mots clés : CIRCUIT COURT, COMMERCE INTERNATIONAL, COMMERCE EQUITABLE


Évaluation du programme cacao en Afrique de l’Ouest

Fairtrade International ; AfriqInsights, 2021, 62 p. - Site de files.fairtrade.net

Le Programme Cacao en Afrique de l’Ouest a été lancé en 2016 par Fairtrade International et Fairtrade Africa. Après 4 années de fonctionnement, Fairtrade a chargé AfriqInsights d’évaluer ce projet et de faire des recommandations. Les organisations de petits producteurs adhérant à ce programme ont acquis plus de professionnalisme et sont plus réactives aux besoins de leurs membres qui sont mieux inclus dans les décisions. Il est difficile de savoir si les revenus se sont améliorés mais on constate une plus grande diversification des activités rémunératrices. On constate aussi que le cacao Fairtrade est plus cher que le cacao labellisé par d’autres certificateurs et que la certification Fairtrade n’est pas toujours de toute confiance. Il serait important de relier les organisations de producteurs aux chocolatiers pour négocier des contrats en direct. Il faudrait encourager les marques à payer le prix de référence établi par Fairtrade et aussi poursuivre les formations et les adapter à chaque public.

Mots clés : COTE D’IVOIRE, GHANA, CACAO, FAIRTRADE INTERNATIONAL, PROGRAMME WACP, EVLAUATION


Baromètre Max Havelaar de la transition alimentaire

Max Havelaar France ; OpinionWay – Sondage OpinionWay pour Max Havelaar, 3ème édition, 2021/11, 29 p. - Site de opinion-way.com

Malgré la crise sanitaire, l’achat de produits responsables continue à progresser et ne se limite plus aux produits alimentaires. Les cosmétiques, l’hygiène, l’habillement, les jouets, l’électronique, etc. ont rejoint la liste des produits responsables. Les raisons de consommer responsable se diversifient au fur et à mesure que les consommateurs gagnent en maturité. Ils souhaitent connaître en priorité la provenance, la rémunération des producteurs, les conditions de protection de l’environnement. Les commandes en ligne continuent également à augmenter, représentant 19 % des achats de produits responsables. Le prix reste un critère important mais il est moins dissuasif ; les autres freins à l’achat responsable : l’indisponibilité du produit, la méfiance quant au respect de l’engagement et la difficulté d’identifier le produit. Les consommateurs français sont plutôt conscients des progrès des entreprises alimentaires mais souhaitent qu’elles assurent une meilleure gestion des déchets, une réduction de leur empreinte carbone et une vigilance quant à la rémunération des producteurs. Ils ont également une forte attente pour une offre de produits responsables dans la restauration hors domicile.

Mots clés : FRANCE, COMPORTEMENT DES CONSOMMATEURS, ENQUETE, MAX HAVELAAR, COMMERCIALISATION, ENTREPRISE, RESTAURATION COLLECTIVE


Enquête d’opinion auprès des Belges sur la consommation responsable

Enabel ; Incidence, 2021/09, 75 p. - Site de tdc-enabel.be

Les résultats de cette enquête sont très détaillés et ventilés selon les régions belges. Pour les Belges, les premières préoccupations de consommation sont la santé, la pollution et le pouvoir d’achat. Ils sont conscients que leurs achats ont un impact et qu’ils vont devoir adapter leur mode de vie et de consommation. La crise de Covid-19 les préoccupe toujours – surtout les jeunes - mais significativement moins qu’en 2020. Même si le prix reste décisif, les produits sains et le lieu de production deviennent des critères importants. La consommation responsable (moins d’emballages, moins de déchets, produits de saison, produits locaux, réduction de sa consommation) est surtout liée à l’écologie. Elle repose essentiellement sur le comportement des consommateurs avant celui des marques ou de l’État. Les produits équitables ou écologiques sont moins connus que les produits locaux ou bio.

Mots clés : BELGIQUE, CONSOMMATION RESPONSABLE, COVID 19, ETHIQUE, ENQUETE


Rapport européen sur l’industrie de la mode en 2021 : Les consommateurs sont-ils prêts à adopter des habitudes de consommation plus éthiques et éco-responsables ?

YouGov, 2021, 23 p. - Site de commercial.yougov.com

Cette enquête a été réalisée sur un panel de consommateurs dans une dizaine de pays européens. Elle a été réalisée en 2019 puis en 2021, ce qui permet des comparaisons entre pays et évolutions des comportements des consommateurs. Il en ressort particulièrement ces quelques points : les consommateurs sont moins sensibles à la question éthique lors de leurs achats vestimentaires que dans d’autres secteurs ; leurs critères de choix prioritaires sont d’abord le prix puis la qualité et enfin la coupe ; les consommateurs soulignent le manque de clarté des marques quant à leurs engagements éco-responsables.

Mots clés : EUROPE, FRANCE, INDUSTRIE DU VETEMENT, CONSOMMATEUR, ETHIQUE, ENVIRONNEMENT, PRIX