Rapports et études - Novembre 2020

Publié le :

Toutes paysannes, tous paysans ! Voyage au cœur de l’agroécologie paysanne en Inde, en France et au Sénégal
* Lien vers la Ritimothèque

SOL (Alternatives agroécologiques et solidaires), 2020/06, 72 p. - Site de sol.asso.fr

L’association SOL a lancé le programme Biofermes depuis 2016. Dans ce petit livre, sous forme de bande dessinée, SOL raconte 3 expériences vécues depuis 4 ans en France, en Inde et au Sénégal et analyse les résultats obtenus. Dans le cadre de ce programme, SOL a organisé, en novembre 2019, un voyage d’échanges de savoir-faire agroécologiques en Inde, auquel ont participé 20 paysans qui ont vécu une de ces expériences. Cet ouvrage contient de nombreux renseignements, des définitions, des notes bibliographiques, des noms d’organismes et des commentaires.


Baromètre Max Havelaar de la transition alimentaire

Max Havelaar France ; OpinionWay, 2020, 31 p. - Site de opinion-way.com

Ce baromètre a été réalisé auprès d’un échantillon de 2 034 personnes du 16 au 22 octobre 2020 c’est-à-dire avant le deuxième confinement pour raison sanitaire. Il en ressort, entre autres, que 62 % des Français trouvent nécessaire d’avoir des comportements vertueux dans leurs achats, 66 % qu’il est nécessaire de limiter leur consommation, 78 % sont favorables aux produits locaux, 58 % ont pris conscience que de nombreux articles sont importés mais ils sont peu nombreux à vouloir se passer de chocolat, café et bananes. Beaucoup approuvent le vrac mais le confinement a limité ce type d’achat. Ils veulent limiter le gaspillage alimentaire et luttent contre le suremballage. Les principaux freins à l’achat de produits responsables sont le prix puis l’indisponibilité en magasins. Consommer responsable est souvent considéré comme demandant trop d’efforts. Le consommateur voudrait que les entreprises s’engagent plus dans ce secteur pour mieux rémunérer le producteur, limiter les additifs, réduire les plastiques, proposer des prix bas pour les produits responsables. La crise sanitaire de Covid-19 a incité les consommateurs à se tourner vers des lieux d’achat de proximité.

Mots clés : FRANCE, TRANSITION ALIMENTAIRE, MAX HAVELAAR, SONDAGE, COVID 19, CONSOMMATION RESPONSABLE, CIRCUIT COURT, PRIX, ENTREPRISE, ETHIQUE


The World Fair Trade Organization : Scaling Equitable Business Models
* Lien vers la Ritimothèque

Oxfam International, 2020/11, 26 p. - Site de oxfamilibrary.openrepository.com

WFTO est une organisation faîtière mondiale, regroupant 400 entreprises de commerce équitable dans 70 pays, avec des conseils d’administration régionaux et mondiaux. Celles-ci gèrent leurs activités en tenant compte de pratiques qui sont viables sur le plan économique, tout en générant d’importants avantages sociaux et environnementaux. WFTO soutient ses membres, a mis en place un système de certification, leur facilite l’accès au marché, cherche à influencer les politiques commerciales. Ce rapport présente une des organisations de WFTO, Global Mamas, une ONG au Ghana de femmes à faible revenu qui produisent et vendent des textiles de haute qualité, des bijoux en perles, des ornements et des produits de beauté. Global Mamas se donne pour mission de « créer la prospérité pour les femmes africaines et leurs familles ».

Mots clés : GHANA, WFTO, ORGANISATION DE COMMERCE EQUITABLE, FEMME, ARTISANAT, IMPACT


EU trade and development policies : How has Fair Trade been used as a tool to achieve sustainability for people and planet ?

SINIGAGLIA, Alice ; CORBALAN, Sergi (FTAO) – Chapitre extrait de "Perspectives on the Soft Power of EU Trade Policy", éd. VoxEu.orgBook - 2019/07, 9 p. - Site de researchgate.net

Depuis 2004, le mouvement du commerce équitable (par l’intermédiaire de la FTAO) vise à créer des changements de politique en faveur du développement du commerce équitable par son action auprès de la Commission européenne et des députés européens. Des mesures ont déjà été prises, d’autres restent à prendre, tel un cadre contraignant pour garantir des chaînes d’approvisionnement équitables, augmenter progressivement les engagements en faveur des marchés publics qui devront inclure des critères de durabilité, etc. Toutes ces mesures vont dans le sens des objectifs du développement durable (ODD) fixés par l’ONU d’ici à 2030.

Mots clés : UNION EUROPEENNE, PLAIDOYER, INDUSTRIE TEXTILE, CACAO, DROIT DE L’HOMME, COMMERCE INTERNATIONAL, LEGISLATION


Étude comparative de la répartition de la valeur au sein des filières européennes de cacao - chocolat

FAO, BASIC (Bureau d’Analyse Sociétale pour une Information Citoyenne), 2020, 16 p. - Site de lebasic.com

L’objectif de cette étude est d’analyser les marges réalisées par chaque acteur tout au long de la filière cacao. Les comparaisons portent sur 4 produits : tablettes de chocolat noir, tablettes de chocolat au lait, barres chocolatées et poudres cacaotées de petit-déjeuner, produites dans 4 pays : Côte d’Ivoire, Ghana, Cameroun et Équateur, vendues en grande distribution sur le marché français. Les marges réalisées à chaque étape de la filière sont valorisées et comparées. Le marché conventionnel est étudié ainsi que le marché certifié bio et celui doublement certifié bio et équitable. En conclusion, ce rapport présente 3 propositions : étendre l’étude actuelle à d’autres pays producteurs pour construire un outil observatoire, promouvoir des accords tripartites (producteurs, industriels et distributeurs), promouvoir et renforcer les organisations de producteurs.

Mots clés : CAMEROUN, COTE D’IVOIRE, EQUATEUR, GHANA, FRANCE, CACAO, CHOCOLAT, FILIERE, REPARTITION DE LA VALEUR, COMMERCE EQUITABLE, AGRICULTURE BIOLOGIQUE, IMPACT


Promoting living incomes in the cocoa sector : Policy options for consumer countries
* Lien vers la Ritimothèque

Fairtrade International, 2020, 56 p. - Site de files.fairtrade.net

Promouvoir un revenu décent aux cacaoculteurs fait partie des droits humains. Les pays contributeurs de l’aide au développement – qui sont aussi les plus grands consommateurs de chocolat – n’ont guère initié de projets visant la revalorisation des revenus des producteurs des pays aidés. Cette pauvreté entraîne la déforestation, le travail des enfants, le manque d’investissement, etc. Pour revaloriser ces revenus, il existe plusieurs options politiques qui doivent être combinées : accords bilatéraux entre l’union européenne et la Côte d’Ivoire et le Ghana, promouvoir des initiatives volontaires, faire appliquer la législation sur le devoir de vigilance par les entreprises chocolatières et imposer un reporting sur ce point.

Mots clés : COTE D’IVOIRE, GHANA, UE, CACAO, PRODUCTEUR, REVENU VITAL, ACCORD ECONOMIQUE, INDUSTRIE DU CACAO, CERTIFICATION