Rémunération des producteurs et transition écologique : Quelle contribution du commerce équitable origine France ? Une analyse tirée de deux cas d’étude dans les filières lait et légumes secs

Publié le :

On souligne de plus en plus souvent les dérives des filières agroalimentaires conventionnelles : non durabilité environnementale, perte en qualité et en diversité de l’offre alimentaire, opacité et asymétrie des filières, précarité socioéconomique des producteurs, sans compter les problèmes de santé publique et les scandales sanitaires. Le commerce équitable « Origine France » peut-il donner une meilleure réponse agroalimentaire ? Commerce Equitable France a donc commandité cette étude au Basic qui s’appuie sur l’analyse de deux cas. Biolait, entreprise de collecte de lait à fonctionnement coopératif, qui a contracté une filière lait avec Biocoop et Système U et la Ferme de Chassagne, groupement de 9 fermes bio, qui a une filière de légumes secs et de farine d’épautre avec Biocoop et Ethiquable. Après analyse approfondie sur leur mode de fonctionnement et les résultats constatés, on peut relever les effets positifs : un impact fort sur la protection de l’environnement, une meilleure répartition de la chaîne de valeur, une meilleure rémunération des producteurs (le prix d’achat prend en compte les coûts de production), plus de visibilité sur des débouchés rémunérateurs, un contexte plus apaisé et sécurisant. Au vu de ses résultats, deux propositions sont faites : proposer des repères clairs pour mieux identifier les produits équitables par une reconnaissance publique des labels et des garanties ; favoriser l’achat de produits équitables dans la restauration collective.

COMMERCE EQUITABLE FRANCE ; BASIC - janvier 2019, 100 pages.

Accéder au document