N’exportons pas nos problèmes

Publié le :

En Afrique de l’Ouest, les producteurs de lait sont confrontés aux importations croissantes de poudre de lait européenne, souvent additionnée d’huiles végétales telle l’huile de palme. Ce lait importé -qui profite des avantages des accords économiques et de frais de douane réduits- est vendu sur les marchés à des prix inférieurs au lait produit localement, et même très inférieurs pour le lait enrichi de graisse végétale, alors qu’il a moins de valeur nutritive. Comment, dans ces conditions, peut-on développer une filière de lait local qui serait un atout important pour la sécurité alimentaire et pour l’emploi dans la région ? Cette situation ne profite pas aux producteurs africains qui se trouvent face à un marché déloyal et n’évite pas aux producteurs européens la crise de cette filière. En revanche, l’industrie laitière, consciente des perspectives de croissance de la consommation de lait et de produits laitiers, profite de politiques agricoles et commerciales de l’Union Européenne (UE) assez favorables et des faibles taxes d’importation pour implanter des laiteries de transformation en Afrique de l’Ouest. Pour faire bonne figure, certaines de ces laiteries achètent un peu de lait local et emploie quelques salariés locaux, ce qui reste encore très marginal. Cependant, le soutien de cette filière laitière locale est d’une très grande importance, tant pour l’emploi qu’elle génère, que pour la sécurité alimentaire de la région. Des initiatives locales en faveur du développement d’un lait local existent, ainsi que des partenariats entre producteurs de lait européens et africains. Ces initiatives font pression sur les décideurs politiques et économiques. Quoi qu’il en soit, il est urgent que l’UE mette en cohérence sa politique agricole commerciale et sa politique de coopération et d’aide au développement. Et l’UE doit chercher à gérer les volumes de lait produits pour réduire les surplus et gérer une politique laitière durable. Ce rapport contient de nombreuses références à des rapports et des annexes statistiques.

SOS FAIM BELGIQUE ; OXFAM SOLIDARITE ; VETERINAIRES SANS FRONTIERES ; MON LAIT EST LOCAL - avril 2019, 64 pages - Site de nexportonspasnosproblemes.org

Accéder au document