La déforestation amère du chocolat : Comment les forêts classées deviennent du ’cacao classé’

Publié le :

Mighty Earth a mené une enquête approfondie, en particulier en Côte d’Ivoire, sur la déforestation due à l’expansion de la culture du cacao dans l’enceinte même des parcs nationaux et des aires protégées. Ce cacao cultivé dans des zones interdites est illicite et contraire à la loi ivoirienne. Cependant les trois gros négociants Olam, Cargill et Barry Callebaut achètent ce cacao et le revendent aux industriels du secteur de la chocolaterie. L’origine illicite est manifeste et connue de tous à tous les échelons, de la production à la commercialisation. Ce marché profite d’une application insuffisante de la loi ivoirienne, de lacorruption et aussi d’une acceptation de la situation par l’industrie chocolatière, dans son ensemble. Cette destruction de la forêt (avec ses répercussions sur la faune et la flore) est d’autant plus absurde que le cacao pousse bien, voire mieux, sous couvert forestier et peut obtenir de bons rendements. Cependant, des initiatives se dessinent. En 2017, le gouvernement ivoirien a élaboré un programme sur le changement climatique et fixé un objectif Zéro déforestation pour le cacao. On peut aussi signaler l’initiative britannique du Prince Charles, rejointe par 34 des plus grands chocolatiers, pour mettre fin à la déforestation. En conclusion, cette étude préconise des recommandations pour un futur responsable pour le secteur du chocolat.

MIGHTY, 2016, 24 pages - Site de mightyearth.org

Accéder au document