Faut-il craindre ou se réjouir de la « vague des supermarchés » en Afrique de l’Ouest ?

Publié le :

En Afrique de l’Ouest, après l’ouverture de supermarchés dans les quartiers résidentiels, désormais la grande distribution ouvre des magasins dans des quartiers populaires qui ont une politique de prix adaptée au contexte local. Ces magasins répondent à l’émergence d’une classe moyenne urbaine qui veut plus de choix, plus de qualité, une meilleure présentation et une qualité sanitaire des produits alimentaires qu’elle achète. Le développement de la grande distribution incite à modifier les systèmes alimentaires traditionnels. Le phénomène est encore marginal puisqu’il ne représente que 10 % des achats urbains. Mais des craintes apparaissent : mise en péril du petit commerce local, marginalisation de l’agriculture familiale, augmentation du volume des produits agricoles importés. Cependant les marchés traditionnels et le petit commerce résistent car ils ont des prix imbattables, ils permettent des microachats et un accès facile au crédit, ils sont en proximité dans des villes où la circulation est plus que difficile. Ils sont d’une grande adaptabilité. Fort de tous ces constats, les membres d’Inter-Réseaux et ses partenaires cherchent à trouver des pistes concrètes et innovantes pour favoriser une meilleure connexion entre les petits producteurs familiaux et les consommateurs.

Inter-Réseaux, les synthèses, n°32, décembre 2020, 9p - Site de inter-reseaux.org

Accéder au document