Le commerce équitable améliore-t-il la sécurité alimentaire ? Le cas des ménages cafeiculteurs des Andes péruviennes

Titre Le commerce équitable améliore-t-il la sécurité alimentaire ? Le cas des ménages cafeiculteurs des Andes péruviennes
Lien hypertexte Site de « http://agritrop.cirad.fr »
Auteur SIRDEY, Ninon
Date 2018
Pagination 384 p.
Notes Thèse de doctorat – Supagro Montpellier, École doctorale EDEG, Université de Montpellier, Unité Mixte de Recherche MOISA Marchés, Organisations, Institutions, et Stratégies d’Acteurs
Résumé Résumé : «Les standards de commerce équitable, à l’instar des standards volontaires de durabilité, ont émergé pour contribuer aux enjeux du développement durable et fournir des opportunités de marchés aux producteurs des pays en développement afin qu’ils améliorent leurs moyens d’existence. Ils prennent la forme d’un outil de régulation privé, basé sur le marché, dont les deux objectifs affichés à l’échelle des ménages sont d’améliorer les moyens d’existence et de contribuer à l’empowermentdes producteurs familiaux. L’originalité de cette thèse réside dans le fait qu’elle interroge les effets du commerce équitable sur la sécurité alimentaire,un enjeu qui fait l’objet de très peu d’attention dans les études actuelles, alors qu’il est particulièrement crucial pour les producteurs familiaux des pays en développementet qu’il fasse partie intégrante des enjeux de développement durable. Cette thèse pose la question des relations entre les standards de commerce équitable et la sécurité alimentaire des ménages agricoles en prêtant attention à la fois aux impacts mais aussi aux processus. De quelle manière et dans quelle mesure le commerce équitable contribue-t-il à la sécurité alimentaire des ménages, et aux moyens d’y parvenir ? Cette thèse mène d’abord une réflexion sur les liens directs et indirects, attendus ou inattendus, entre les instruments du commerce équitable et différents moyens d’atteindre la sécurité alimentaire (droits d’accès à l’alimentation et empowerment). Elle s’appuie ensuite sur une étude de cas empirique auprès de ménages caféiculteurs péruviens pour interroger comment la sécurité alimentaire est affectée par deux instruments du commerce équitable : la régulation des prix de la culture certifiée et lesoutien aux organisations de producteurs comme vecteur d’empowerment. A partir d’une étude à la fois quantitative (analyses de données, évaluation d’impacts sur la base des scores de propension) et qualitative (trajectoires de moyens d’existence), ce travail montre (1) que l’insécurité alimentaire saisonnière persiste dans ces communautés,(2) que la certification FTI ne parvient pas à améliorer la sécurité alimentaire malgré un impact positif sur les revenus issus de la culture de rente certifiée, (3) que l’organisation collective certifiée par FTI favorise l’empowerment des producteurs par plusieurs processus (pouvoir avec, intérieur, de), mais qu’elle peine à offrir des conditions favorables à la sécurisation alimentaire des ménages hors caféiculture, et enfin (4) que les OP et FTI ont tendance à rendre «visibles» les producteurs organisés au détriment des autres. Ces résultats questionnent la pertinence de promouvoir des régulations privées des filières globalisées à travers des standards volontaires pour répondre aux enjeux de sécurité alimentaire au sein des communautés rurales des pays en développement. »

Mots-clés thématiques

Mots-clés géo

Type de document