Placing fairness at the heart of climate ambitions

Publié le :

Ce document de position, publié à la veille de la COP 26, est signé par une vingtaine d’organisations de commerce équitable. Il revendique le rôle très important des petits agriculteur.trices, artisan.nes dans la résolution climatique. Les petit.es fermier.ères travaillent la terre, nourrissent le monde, sont obligés de trouver des solutions concrètes pour surmonter les dérèglements climatiques qu’ils subissent. Ils font partie de la solution pour un future durable. Leurs voix doivent être entendues. C’est l’objectif du mouvement Fair Trade qui plaident entre autre, pour qu’ils reçoivent des revenus justes et décents, qu’ils puissent accéder à des chaînes d’approvisionnement équilibrées entre tous les acteur.trices, qu’ils aient accès au financement climatique. Les entreprises, même si certaines le font déjà, doivent accentuer leur responsabilité sociale et économique pour que tous les partenaires commerciaux s’engagent ensemble à absorber les coûts de transformation nécessaire à cette nouvelle donne climatique. La législation doit se renfocer sur ce point car des solutions contraignantes – et non basées sur le volontariat - sont nécessaires. Et il faudrait que des initiatives nationales et régionales émergent en faveur de modèles économiques alternatifs intégrant la protection des droits humains et environnementaux. Le mouvement Fair Trade considère cette dimension d’équité sociale indispensable pour atteindre l’objectif d’un développement économique et social durable, commercialement viable.

Septembre 2021, 6 pages - Site de fairtrade-advocacy

Accéder au document]