Effets et limites du commerce équitable Fairtrade sur les producteurs de café arabica d’une région de piémont andin, au Pérou

Publié le :

Cette recherche porte sur des coopératives de café dans le piemont andin au Pérou intégrées au système Fairtrade depuis au moins 15 ans et donc bien intégrées au marché. Ces coopératives sont aussi labellisées en bio et en durable. La production de café dans cette région est assez ancienne. Petit à petit, elle est même devenue une monoculture au détriment des cultures vivrières. Les producteurs sont donc plus vulnérables et dépendent du cours du café ce qui a entraîné une grande crise dans les années 90. Les Pouvoirs publics ont alors encouragé la production d’un café de qualité et incité à la création de coopératives pour améliorer les techniques agronomiques, permettre aux producteurs de s’équiper du matériel nécessaire au séchage du café, etc. La prime de Fairtrade est consacrée au développement d’infrastructures, d’équipements, des services de crédit et de formations. Le prix de vente de ce café de qualité est vite attractif pour les producteurs. Mais la certification Fairtrade ne gomme pas les inégalités. Les producteurs ayant de plus grandes surfaces ont de meilleur revenu, surtout ceux qui complètent leur activité avec de l’élevage. Quant aux « petits » producteurs qui gèrent par eux-mêmes ou avec leur famille leur activité, ils n’ont pas pu s’équiper, produisent un café de moins bonne qualité qu’ils vendent à des prix peu rémunérateur. Ils deviennent alors une main d’oeuvre au salaire minimum péruvien, pour les « grands » producteurs dont les revenus sont, au minimum, 3 fois supérieurs. Il faut que Fairtrade recentre ses activités et favorise l’intégration des plus vulnérables en diminuant les avantages des « grands » producteurs. Les nouveaux standards de Fairtrade (2018) vont dans ce sens. Désormais les coopératives doivent compter 66 % de « petits » et non 50 % comme précédemment.

BOUEDRON, Elise ; COCHET, Hubert ; BELCHI, Paul

In Revue Internationle des Etudes de Développement, n°240, 4ème trimestre 2019, p. 147-175 -Paris, Ed. La Sorbonne