Rapports et études - Décembre 2019

Publié le :

Guide international des labels de commerce équitable

COMMERCE EQUITABLE FRANCE ; FAIR WORLD PROJECT ; FAIRNESS ; FORUM FAIRER PROJECT – Décembre 2019, 5ème édition, 124 p. - Site commercequitable.org

Ce guide (5ème édition) est un outil de base pour mieux comprendre à quelles exigences correspondent tous les labels relevant du commerce équitable et en quoi ils diffèrent les uns des autres. Les labels du commerce équitable sont des labels privés et diversifiés d’où la nécessité de savoir ce qu’ils certifient. Ils sont utilisés dans le secteur de l’agroalimentaire, du textile, des cosmétiques et du tourisme. Ce guide présente les 8 labels ou systèmes de garanties se revendiquant du commerce équitable. Ils sont évalués selon une grille d’analyse détaillée concernant le contenu des référentiels et les conditions d’éligibilité. Pour chaque label, cette grille examine et note (de 0 à 3) le respect des critères économiques, sociaux, environnementaux, de gouvernance et de sensibilisation. Elle indique également les modalités de contrôle (audits, coût de la certification,...). Ce guide examine aussi, point par point, d’autres labels de commerce équitable relevant d’initiatives locales : Paysans d’ici, Biopartenaire, Naturland Fair, Ensemble solidaires avec les producteurs, Agri Ethique, Fair Trade Libanon, Comercio Justo, .. Ce guide évalue également 3 labels de développement durable : Bonsucro (pour la canne à sucre) ; UTZ-Rainforest (pour cacao, thé, café, rooibos, huile de palme,...) ; Better Cotton Initiative (pour le coton). Et enfin ce guide présente 4 labels créés par des multinationales : Cocoa Life (Mondelez) ; Cocoa Plan (Nestlé) ; AAA Nespresso ; C.A.F.E. Practices (Starbucks). Ces derniers labels reposent sur des cahiers des charges internes donc difficiles à évaluer. Ce guide a une version en anglais.

Mots-clés : LABEL, CERTIFICATION, ANALYSE


Le coût du R.E.S.P.E.C.T. selon Zara : Comment l’enseigne a choisi le proit à un salaire vital pour les travailleur.se.s de sa chaîne d’approvisionnement

COLLECTIF ETHIQUE SUR L’ETIQUETE, PUBLIC EYE, BASIC - novembre 2019, 15 p. - Site ethique-sur-etiquette.org

La marque Zara de l’entreprise espagnole Inditex a pour but de maximiser les profits et d’ignorer la question du salaire vital des travailleur.e.s de l’ensemble de ses chaînes d’approvisionnement. Les profits d’Inditex sont collossaux et son patron possède la 6ème fortune de la planète. Le succès de Zara repose sur un renouvellement permanent des collections, sur la création rapide de modèles inspirés de la haute couture, sur des prix bas pour les consommateurs, sur une production des modèles en série limitée ce qui évite les stocks et les invendus et sur un excellent fonctionnement intégré. 75 % des articles des magasins sont changés chaque mois et Zara met en vente 65 000 nouveaux produits par an. Même si Zara dit qu’elle fabrique 50 % de ses produits en Europe (Espagne et Portugal) en réalité actuellement il ne s’agit que de 15 % des produits ; le reste provient de Turquie, Maroc, Inde, Bangladeh, Pakistan,... Malgré l’engagement « Pratiques d’Achat Responsable » pris par la marque pour certifier que les sous-traitants paient un salaire décent à leurs employés, on ne peut que constater que la main d’oeuvre, à chaque étape de la chaîne, est largement sous-payée. C’est tout un système dévastateur pour les salarié.e.s et l’environnement. L’étude montre la composition du prix d’un sweaatshirt - depuis la culture du coton en Inde jusqu’au consommateur final en France - et comment à chaque étape Zara capte un bénéfice. Pour cet article vendu 26,70 €, il faudrait 3,62 € pour que les personnes impliquées tout au long de la chaîne de fabrication puissent vivre décemment. Alors que les ouvrier.e.s qui fabriquent ce sweat en Tunisie reçoivent un salaire 3 fois inférieur au salaire vital. Ce modèle économique qui repose sur la recherche du moindre coût doit évoluer : les multinationales de l’habillement ne peuvent se soustraire aux droits internationaux sur leur devoir de vigilance. Et les gouvernements devraient y veiller.

Mots-clés : INDUSTRIE TEXTILE, REVENU, TRAVAILLEUR, MULTINATIONALE, PLAIDOYER


Un salaire vital dans l’industrie textile mondiale : évaluation des entreprises 2019

PUBLIC EYE - septembre 2019, 82 p. - Site de ethique-sur-etiquette.org ,

Bien que de plus en plus d’enseignes de la mode promettent sur le papier le versement d’un salaire vital, rares sont encore les travailleurs et travailleuses des chaînes d’approvisionnement des entreprises étudiées qui perçoivent un salaire suffisant pour pouvoir vivre dans la dignité. Tel est, en deux mots, le bilan sans appel de la présente enquête effectuée auprès de 45 enseignes internationales de la mode. Cette étude montre la situation actuelle de l’industrie de la mode et de certaines de ses entreprises vis-à-vis du salaire vital, et présente les progrès concrets qui doivent enfin être réalisés dans le secteur.

Mots clés : INDUSTRIE TEXTILE, SALAIRE VITAL, RESPONSABLITE DES ENTREPRISES


Sewing the pieces together : towards an EU strategy for fair and sustainable textiles

ASHRAF, Nadia ; SETERS, Jeske – ecdpm Making policie work – Discussion paper n°264, 2019, 48 pages – Site oxfammagasinsdumonde.be

Depuis le drame du Rana Plaza au Bangladesh, on a porté une plus grande attention aux violations des droits humains dans les industries textiles. Plus récemment, on a pris conscience des graves impacts environnementaux de cette industrie. L’Union européenne a mis en place des politiques pour relever ces défis de durabilité, mais ces politiques sont limitées, dispersées et de pertinence variable. Ce rapport présente des idées pour une stratégie intégrée de l’Union européenne en faveur de chaînes d’approvisionnement textile durables et peut éclairer des processus politiques spécifiques. Le rapport évalue diverses mesures politiques et explore comment l’Union européenne peut renforcer les synergies entre les différents domaines politiques. Cela comprend par exemple une analyse de la législation européenne sur les droits humains et en matière d’environnement, des mesures politiques liées à l’accès aux marchés européens, une approche de type écoconception pour les textiles et une initiative multipartite au niveau de l’Europe pour les textiles durables. L’intensification des efforts de l’Union européenne pour contribuer à des textiles durables peut faire partie intégrante de l’accord vert européen.

Mots clés : UE, INDUSTRIE TEXTILE, ENVIRONNEMENT, CHAINE DE VALEUR

Rapports et études