L’accès au foncier, au Sud comme au Nord

Publié le :

Les terres agricoles, dans le monde, sont limitées et ont tendance à se raréfier. Garder le contrôle sur ces terres afin de sécuriser l’alimentation est un enjeu majeur. Un peu partout les constats sont alarmants. L’agriculture intensive a montré ses limites en terme de durabilité. Quant à l’agriculture familiale, elle produit - au niveau mondial - la majorité de l’alimentation. Elle a donc des atouts formidables pour sécuriser l’alimentation. Mais le foncier attire de plus en plus d’investisseurs puissants (Etats, entreprises, acteurs financiers, élites nationales,…), les besoins urbains, d’infrastructures, de loisirs consomment des terres riches pour l’agriculture, la hausse des prix des terres freinent le renouvellement des générations,… La consommation de produits gourmands en terre, tels les agrocarburants, le soja, l’huile de palme relève de choix politiques à réformer. Devant tous ces constats, de nombreux mouvements citoyens et de consommateurs – ici en Belgique avec l’exemple de l’ASBL Terre-en-vue - initient de nouvelles appropriations de gestion des terres et exigent un droit à une alimentation saine et à une protection, de terres nourricières.

Oxfam-Magasins du Monde, Cahier thématique, décembre 2014, 32 pages

Accéder au document